Scott Pilgrim : Test DVD, Test Bluray et critique



Pour raison de flop retentissant sur le territoire américain, «Scott Pilgrim Vs the world » n'a connu qu'une discrète exploitation dans la salles obscures françaises. « Instant cult movie » pour les uns, super production racoleuse qui caresse les geeks dans la sens du poil pour les autres, l'adaptation cinématographique  du comics s'apprête à revenir pour une nouvelle partie en DVD et BLURAY. Ecranbis a testé pour vous les deux éditions et vous livre son verdict !




Synopsis:


Scott Pilgrim n’a jamais eu de problème à trouver une petite amie, mais s’en débarrasser s’avère plus compliqué. Entre celle qui lui a brisé le cœur - et qui est de retour en ville - et l’adolescente qui lui sert de distraction au moment où Ramona entre dans sa vie - en rollers - l’amour n’a jamais été chose facile. Il va cependant vite réaliser que le nouvel objet de son affection traîne les plus singulières casseroles jamais rencontrées : une infâme ligue d’ex qui contrôlent sa vie amoureuse et sont prêts à tout pour éliminer son nouveau prétendant…



Critique :


« Scott Pilgrim Vs the world » est avant tout une adaptation de la série de comics à succès de Bryan Lee O'Malley.  Au programme l'épopée d'un « branleur » canadien de 22 ans, bassiste à ses heures, contraint d'affronter les 7 ex maléfiques de sa nouvelle petite amie. L'adaptation cinématographique de la chose  échoue dans les mains d'Edgar Wright. L'homme de la situation... Puisque le réalisateur anglais est bien connu  des amateurs de cinéma de genre pour son  irrévérencieux film de zombie «  Shaun of the dead », sorte de réponse halluciné au « 28 jours plus tard » de Danny Boyle.   Scott Pilgrim  est tourné à Toronto en 2009 avec un budget confortable mais pas démentiel.  (60 millions de dollars US).



Devant la caméra, on retrouve la crème de la jeunesse  hollywoodienne dans le vent :  Michael Cera ( Supergrave) , Mary Elisabeth Winstead ( Final Destination 3, Black Christmas) , Chris Evans ( les 4 fantastiques). Bref de quoi amplifier le buzz autour du film jusqu'à sa sortie sur les écrans américains durant l'été 2010. Sauf, que nous le savons depuis, le film s'avère être un échec commercial aux
Etats Unis. Conséquence :  assez peu de salles françaises se risqueront à le mettre à l'affiche et   assister à un projection en province tiendra du casse tête. Un constat d'autant plus rageant que le film a  très bien  été accueilli par la presse et bien sûr sa cible ultime: Une génération de geeks dopés aux jeux vidéos,  au rock indé, aux comics et à l'internet.



Et pour cause,  « Scott Pilgrim vs the world » est sans aucun doute la bobine fantastique de l'année 2010.  Avec son concept halluciné et hallucinant, son  scenario ultra foutraque , ses combats « sauce megadrive » et ses airs d'hymne à la culture geek,  le film de Wright allait-il trop loin ? Comment expliquer un tel tel  échec commercial pour un film qui colle autant à son époque, à son public ? La question se pose en boucle depuis décembre 2010 dans la blogosphère. Ne reste donc plus qu'à espérer que cette bobine certainement appelée à devenir culte parvienne à trouver une seconde vie sur le marché de vidéo.



Le passage au petit écran laissant le plaisir du visionnage intact, on se laisse aller à un certain optimisme. En tous les cas, si il y a un DVD ou un Bluray à acheter au mois d'Avril , c'est bien celui ci !



Test technique :

Scott Pilgrim Vs the World a eu aux Etats Unis l'honneur d'un combo DVD/BLURAY /Copie Digitale et d'une édition DVD. En France pas de combo à l'horizon mais deux éditions séparées. DVD d'un côté et Bluray de l'autre.



Le DVD : La Galette DVD que nous avons testé délivre un transfert techniquement parfait  au format 1.85. Rien à redire qu'il s'agisse de définition, contraste ou rendu des couleurs. Un sans faute confirmé du côté des pistes audios 5.1 aux mixages très travaillés. Le disque pèche un peu plus dans sa section bonus, du moins il souffre un peu de la comparaison avec son homologie bluray. On retrouve une flopée de scène coupées quelque peu indigeste, un commentaire audio et un piste trivia, malheureusement ces deux derniers suppléments sont  certes sous-titrés mais  uniquement en anglais.

Le bluray : Bien entendu, support oblige,  l'édition Bluray place la barre  plus haut. En terme d'image pour commencer avec une précision et un piqué somptueux. Un disque qui tourne à la démonstration technique. Cette édition BD embarque également plus de bonus que l'édition DVD. En particulier un making of tristement absent de la galette argentée. Bref, sur ce titre, l'achat du Bluray s'impose carrément.




- La bobine  fantastico-culte de l'année 2010
- Une édition DVD qui le fait
- Un Bluray ENORME


- Les suppléments du DVD