Mad Mutilator/ Trepanator: Bandes originales et critique


Non ! On ne chôme pas du côté du label «The Omega Production Records». A peine le temps de se retourner, que le quatrième (et on espère pas le dernier) volume de la collection Horreur à la française atterrit sur nos platines CD affamées. Au programme, la bande originale de Mad Mutilator, Ogroff pour les intimes et cinéphiles éduqués, joliment complétée par celle de Trepanator. Deux métrages "ovniaques" et hautement bizarroïdes portant la griffe de N.G. Mount alias Norbert Moutier. Deux œuvrettes dont il n'est pas faux d'écrire qu'elles constituent avec quelques autres tentatives françaises plus ou moins fameuses, une sorte de pendant réalisationnel et cinématographique du fanzinat. Une histoire de folie donc, de passion, de liberté mais aussi de débrouille... 

"Deux œuvrettes dont il n'est pas faux d'écrire qu'elles constituent avec quelques autres tentatives françaises plus ou moins fameuses, une sorte de pendant réalisationnel et cinématographique du fanzinat."



Passé le choc de la première piste  et de son reggae électro analogique très inattendu (mais sans doute que les auteurs ne s'y attendait pas non plus), un thème tout droit venu des années VHS cueille l'auditeur et remplit l'imaginaire. Back to 80's ! On croirait entendre l’envoûtant générique d'un film de Fred Olen Ray mais qu'on se le dise « The Chase » (titre de la deuxième piste du CD) est un produit labelisé France et mérite par conséquent une écoute chauvine. De quoi convoquer en mémoire le meilleur de nos périples en vidéoclubs et les nuits passées devant la 5 «Grande époque». L'instant d'après on frappe aux porte de la musique concrète, car si la suite électronique d'Ogroff est une proposition analogique et synthétique, l'acousmatique n'est plus loin. Une pépite, il va sans dire !

"...on frappe aux porte de la musique concrète, car si la suite électronique d'Ogroff est une proposition analogique et synthétique, l'acousmatique n'est plus loin. "



Le reste du disque s'arc-boute sur la bande originale de Trepanator. Le métrage est nettement plus récent, époque et mode obligent, le jet passe à travers les mécanismes des séquenceurs Midi et des Trackers. A l'autre bout de la chaîne, passée par une quantification autoritaire, la mixture se veut plus carrée mais non moins folle. Le tout finit par se jeter des falaises en cédant aux sirènes du Rock Californien conclusif. Un petit tube pour générique rappelant à qui veut l'entendre que le cauchemar qui vient d'imprimer leur écran n'a pour seul objectif que de faire passer un bon moment. 

"... aussi indispensables que collector, les deux scores trouveront place chez tous les collectionneurs amoureux."



Rayon Art Work, The Omega Production Records continue sur l'excellente lancée de ses dernier livrets. Belles Illustrations et texte fort sympathique (en anglais) du non moins sympathique Alain Petit visiblement tout ému de se remémorer ses "années tronçonneuse". Géniaux ou branques, mais aussi indispensables que collector, les deux scores trouveront place chez tous les collectionneurs amoureux. Une chose est sure, le label de Lucas Giorgini ne nous délivre pas vraiment du mal et nous soumet à beaucoup de tentations...Des activités fort peu catholiques en sommes. Un passage par la case confession s'impose donc ! 


A commander sur le site du label en cliquant (doucement...bande de brutes) sur ce lien:
https://theomegaproductionsrecords.bandcamp.com/album/ogroff-mad-mutilator-trepanator-original-motion-picture-soundtracks